Un Site Internet dernier cri pour notre Unité Pastorale.

Dans le Bonne Nouvelle de ce mois, un article n’aura pas manqué d’attirer l’attention des lecteurs:

——————————————————————————————————————–

Un Site Internet dernier cri pour notre Unité Pastorale.

Comme nous vous l’avions annoncé dans une précédente édition, notre Unité Pastorale aura bientôt une visibilité à l’échelle planétaire : un site internet sera officiellement ouvert dans le courant du mois d’avril, conjointement avec celui de l’Unité Pastorale de Visé-Basse-Meuse. Ce site sera à la fine pointe des toutes dernières technologies disponibles sur le marché mondial de l’informatique, et nos deux Unités Pastorales ont été choisies par l’évêché pour entrer dans un projet pilote qui sera amené à s’étendre à l’ensemble du diocèse si l’expérience s’avère concluante.
Concrètement, en plus des contenus classiques d’un outil de ce genre (vous pourrez y pêcher des infos sur les différentes équipes, les communautés et les activités qui s’y déroulent, des infos pratiques sur les différents sacrements et étapes de la vie chrétienne, comptes-rendus, contenus de fond,…), ce site permettra, via un système analogue à celui des vidéo-conférences, aux paroissiens qui ne peuvent se déplacer d’assister en direct à la messe de leur choix tout en restant confortablement installés dans leur fauteuil, et cela d’un simple clic. Imaginez l’intérêt non seulement pour les personnes malades ou âgées, mais aussi en déplacement : même en vacances dans le sud de la France, en Suisse ou à l’autre bout du monde, il suffira d’une tablette et d’une connexion internet pour assister à la messe de son village comme si on y était réellement !
Moyennant demande préalable, il sera même possible, après autorisation expresse de monsieur le curé, de se confesser et de communier en ligne. Confidentialité garantie pour les confessions, qui seront reçues par un des prêtres de l’Unité Pastorale selon une tournante de garde assurée 24h/24. Celui-ci répondra par retour de mail en donnant l’absolution et la pénitence qui y est associée, puis effacera immédiatement le contenu du mail reçu. Bien sûr, cela demandera un petit effort d’adaptation de la part de nos prêtres, lesquels devront d’abord recevoir une formation spécifique à l’outil informatique et à internet en général, et à cette application particulière avant d’être plongés dans le vif du sujet. Ceci explique que cette option ne sera pas disponible immédiatement : nous estimons pouvoir la mettre en service à partir de la rentrée de septembre.
Pour la communion, il n’y aura bien entendu pas d’hostie matérielle (impossible à envoyer par le net en l’état actuel des développements technologiques, mais ça viendra d’ici quelques décennies grâce à l’avènement des technologies de téléportation holographique). Nous avons demandé une dérogation spéciale du Vatican afin que ces cyber-communions aient exactement la même valeur que les traditionnelles. Notre bon pape François, à qui la modernité ne fait pas peur, s’est même montré très enthousiaste et plein de joie, comprenant bien qu’il y a là une ouverture évidente à la résolution de l’épineux problème de la pénurie de prêtres.
Si cette formule rencontre le succès attendu, l’extension aux différentes équipes de catéchèse sera probablement envisagée, à l’instar de ce qui se fait déjà en matière d’enseignement à distance.
Nous espérons de la sorte toucher et intéresser la jeune génération, première destinataire et bénéficiaire de cet outil, qui ne lui posera aucun problème d’adaptation, puisqu’elle est immergée dedans depuis la naissance et nage dans l’univers cybernautique beaucoup mieux que les plus anciens.
Vous l’aurez deviné, ce site, qui constitue une opportunité sans précédent et une chance inouïe pour nos communautés, a un coût qui n’est pas négligeable. L’Équipe Pastorale y a bien sûr réfléchi et a élaboré un système de financement à la fois performant et dont l’impact pour chacun passera quasi inaperçu.
Premièrement, nous demanderons une participation minime pour l’utilisation du site : un cent par seconde de consultation simple et deux cents par seconde pour les services de confession et de communion en ligne. Un ou deux cents, de nos jours, c’est vraiment quasi gratuit !
Afin de simplifier les calculs, un relevé de la consommation de chaque internaute sera fait en temps réel et la facture envoyée à son organisme payeur (employeur, CPAS ou autre) à la fin de chaque mois pour prélèvement automatique par domiciliation.
Une partie des collectes servira également à rentrer dans les frais. Nous sommes sûrs que tous les paroissiens seront conscients de leur responsabilité dans la réussite de ce projet et que les montants alloués aux collectes dominicales seront revus à la hausse (nous espérons un coefficient d’accroissement de 750%). Afin de prévenir tout risque de hold-up dans les sacristies, chaque communauté devra se munir d’un lecteur de carte (à commander auprès de la firme Banksys, dont les coordonnées sont disponibles au secrétariat paroissial). N’oubliez donc pas de vous munir de votre carte bancaire lors des prochaines messes. Les dons peuvent aussi être versés directement sur le compte de l’Unité Pastorale dont la référence se trouve sur la première page du Bonne Nouvelle.
Pour plus d’informations sur ce sujet, nous invitons toutes les personnes intéressées à adresser leurs questions et remarques éventuelles au secrétariat paroissial, et ce uniquement pendant les heures d’ouverture de ce dernier : merci de ne pas laisser de message sur le répondeur, de peur que celui-ci arrive trop rapidement à saturation.
Nous vous communiquons dès à présent l’adresse de ce site, qui sera opérationnel dans le courant du mois d’avril comme dit plus haut : site.catho.be/valleedugeer

Bonne navigation !

Le curé Joseph et l’équipe pastorale.

——————————————————————————————————————–

Vous l’aurez compris, l’équipe pastorale a eu à cœur de continuer la tradition, instaurée par Lucien, du poisson d’avril dans notre cher bulletin paroissial.
La plupart ont immédiatement flairé la bonne odeur poissonneuse que cet article dégageait, mais comme chaque année, certains ont mordu à l’hameçon…
Nous présentons nos sincères excuses à ceux ou celles que certaines parties ont pu effrayer ou choquer; et à ceux qui s’en sont amusés, nous donnons rendez-vous l’an prochain, espérant que l’inspiration suivra…

Une dernière précision: si l’article était un poisson d’avril, le site, lui, existe réellement, et l’adresse qui figure dans le texte est celle que vous pouvez utiliser dès à présent pour le visiter. D’ailleurs si vous lisez ces lignes, c’est que vous l’avez déjà trouvé…